Critique de Rework

Rework

Nombreux sont les livres dédiés à la gestion des affaires qui paraissent chaque année. Il ya quelques semaines, paraissait Rework, un ouvrage un peu différent des autres, écrit par deux membres de 37signals, une société qui développe des applications web, et qui s’est fait connaître pour être à l’origine de Ruby on Rails. J’ai acheté ce livre peu après sa sortie, mais pas essentiellement pour son contenu… En effet, je lis régulièrement le blog de la société, et j’étais déjà très au fait de leurs idées par un livre, Getting Real, qu’ils ont mis gratuitement à disposition des lecteurs, il y a déjà quelques années.

Getting Real fut pour moi une révélation. Et dans un sens, j’ai acheté Rework pour rétribuer les précieux conseils que les auteurs m’ont dispensé jusqu’ici. Il m’est donc inévitable de comparer Getting Real et Rework. Sur le fond, les idées ne sont pas très différentes et toujours aussi subversives («ne pas planifier», «pas de réunion», «faire le minimum», etc.), bien qu’elles se soient nourries de quelques années supplémentaires de réflexion. Ainsi, on trouve des ajouts sur l’embauche ou la promotion.

Sur la forme, Rework a été réécrit entièrement pour ne plus être concentré sur la manière de faire tourner une affaire d’agence web, mais faire tourner une affaire tout-court. Ainsi, les nombreux exemples qui étayent le livre ne sont plus puisés dans le monde de l’informatique, mais dans le monde des affaires. Cette différence rend le livre plus généraliste mais constitue également sa faiblesse: les exemples paraissent moins concrets, en tout cas pour quelqu’un versé dans l’informatique.

En résumé, je dirais que si vous êtes un dirigeant ou un cadre et que vous n’êtes pas au fait des idées de 37signals, la lecture de ce livre vous apportera une nouvelle vision du (dys-)fonctionnement de l’entreprise. J’espère que vous y trouverez des idées dérangeantes. Par contre, si comme moi, vous êtes un fidèle du blog de la société, la lecture de Rework est dispensable.