Programmation et cyclisme

Je vois souvent des messages sur les forums des débutants en programmation demandant “Quel est le meilleur langage de programmation ?”

– “le C. C’est la base, tous les langages sont basés dessus”, écrit un premier.

– “il faut apprendre un langage objet, par exemple Java”, explique un deuxième.

– “ces langages sont dépassés, Ruby c’est mieux”, rétorque un troisième.

 

Pour faire un parallèle avec le cyclisme, c’est comme si vous demandiez “Quel est le meilleur vélo ?”

– “le vélo de route. C’est très stable et rouler exige peu d’efforts, c’est génial pour avaler les kilomètres”, dirait un premier.

– “non, le VTT. Ça permet de se rendre vraiment partout, et de contourner les obstacles”, rétorquerait un deuxième.

– “je ne jure que par le vélo de ville”, répondrait un troisième, “ça évite de salir mon pantalon, et je peux le garer facilement”.

– “mais, non, le plus rapide, c’est le vélo de piste”, dirait le dernier.

Vous comprenez bien qu’il n’y a pas de vélo idéal. Si vous deviez conseiller un vélo à quelqu’un qui n’y connait rien, probablement lui recommanderiez-vous un VTC. Un vélo plein de compromis, avec lequel personne n’a jamais gagné de course ! Mais au moins, il pourrait en faire dans la majorité des situations, et sans efforts démesurés.

Pour en revenir à la première discussion, elle se termine généralement par l’arrivée d’un programmeur expérimenté qui demande “ça dépend, un langage pour faire quoi ?”. Comme les vélos, s’il existe tant de langages différents, c’est parce qu’ils répondent à des besoins différents.

Et quel serait le langage VTC ? Quelque chose comme Python, je dirais.